Pourquoi une candidature écologiste dans le 13e

Guillaume Fillon

Guillaume Fillon sera le candidat écologiste de la 9e circonscription de Paris, entièrement située dans le 13e, pour les élections législatives de  2012. Toutes les semaines présent sur les marchés comme celui de Jeanne d’Arc, il va à la rencontre des habitants du 13e et est souvent amené à répondre à leur questions diverses, souvent amicales parfois polémiques.

 

Il a décidé de préciser sa démarche dans une interview, qui reprend les principales questions auxquelles il est confronté.

 

1 / Pourquoi une candidature écologiste dans le 13e ?

D’abord pour parler d’Ecologie et démontrer que nous sommes aujourd’hui en capacité d’apporter des réponses concrètes aux problèmes de notre pays. Sur le logement, l’emploi, l’alimentation, l’énergie, la culture ou l’éducation… le 13e est un territoire capable de mettre en place des mesures phares qui ont d’ores et déjà fait leur preuve.

Par exemple, pour le logement, il est impératif d’encadrer les loyers de manière à garantir aux plus anciens un logement qu’ils puissent payer, aux jeunes étudiants la possibilité de se loger et aux classes moyennes de rester à Paris. Il faut, en outre réconcilier nos habitats avec des lieux de vies plus accueillants, plus verts, plus économes, mieux construits et davantage innovants en terme d’activités et d’emplois de proximité.

2/ Pourquoi avez-vous souhaité porter les couleurs d’EELV pour ces élections législatives ?

Je suis militant écologiste depuis plus de treize ans. Plus que les « couleurs d’un parti » je porte une conception de l’écologie politique que j’ai contribué à construire, en appelant dès 2008 au rassemblement des écologistes de « Nicolas Hulot à José Bové » avec Dany Cohn Bendit en ciment de l’unité. De cet appel à l’union est né « Europe Ecologie ». Notre parcours commun, enrichis de campagnes dynamiques et constructives, a suffit de me convaincre que les choix que je défendais méritaient d’être encore davantage soutenus.

Je défends l’ouverture, l’audace et l’exercice de responsabilités. Le temps de l’alerte et de la prise de conscience doit faire une nouvelle place au travail et à l’efficacité.

3/ Quel serait votre priorité en cas d’élection ?

Je participerais activement à l’abandon du « bouclier fiscal » qui a tant profité aux plus riches, à la création de tranches supplémentaires de l’impôt sur le revenu pour les ménages les plus aisés et au rétablissement d’un impôt de solidarité sur la fortune (ISF) plus juste. Et surtout, je mettrais fin aux « niches fiscales » anti écologistes comme le soutien aux pesticides, aux OGM, aux « agros-carburants » et à l’exonération des taxes sur le carburant des avions… Mais il faudra à chaque fois, faire attention à prendre ces décisions à « emplois constants » pour ne pas pénaliser les travailleurs de ces secteurs aujourd’hui captifs d’une économie qui se fiche du devenir de nos enfants.

Et au niveau de nos quartiers, localement, je proposerais tous les deux ans des Etats Généraux du 13e avec l’ensemble des habitants pour la discussion et le dépôt à l’Assemblée nationale d’une proposition de loi d’initiative populaire qui fasse l’objet de divers débats associant toutes les forces vives de l’arrondissement avec le conseil et l’éclairage d’autres acteurs nationaux ou internationaux. Cette proposition de loi, de portée universelle, serait ensuite déposée, discutée et soumise au vote des représentants de la nation.

 

Guillaume Fillon, l’autre Fillon

Remonter