Flash Mob place de la Bourse
Partager

11h55 – Je sors de la bouche du métro. Devant moi la place de la Bourse, lumineuse et minérale. Effectivement la réception du Flash Mob n’est pas une blague à en juger par l’effervescence autour du Kiosque à journaux. Un groupe de jeune femme vêtu de blanc ajustent  leurs tambours en bandoulière. Un autre enroule autour d’un ballon géant représentant la Terre un bandeau blanc et y inscrira « A vendre ».

Des caméras.Des micros.Un journaliste interview un jeune à l’expression déterminée et sérieuse rappelant que l’heure n’est pas à la rigolade malgré le coté « amusant » de cette mobilisation.

12h00 – Du monde arrive de tous les cotés. Efficace le Flash Mob. On arrive à l’heure, on participe, on s’évapore.Pshitttt !!! Reste le ressenti.

12h10 – La Terre est placée au centre de la place puis monté sur un socle. En perspective elle parait écrasée par le fronton du palais Brogniart. Un commissaire priseur, vêtu de noir et chapeau haut de forme se place sur un piédestal. Face au corbeau, les vautours, costumes tristounés et formatés de business-man, cigare à la bouche, dollars dépassant des poches, portent des panneaux indiquant le nom des sociétés du CAC40 pour lesquels ils vont s’étriper.

12h15 – La séance de vente est déclarée ouverte. Les investisseurs s’arrachent forêts, continents et autres tronçons de notre planète sous l’oeil bienveillant du corbeau.

12h20 – Tout est vendu. Reste le ballon-terre qui fera office de ballon-volley l’espace de cinq minutes dans le public.

12h25 – Deux jeunes filles de l’association  « les Amis de la terre »  à l’origine de cet évènement flash évoquent au porte-voix Rio+20. Je retiens le message que derrière l’idée « d’économie verte » se profile la marchandisation de l’environnement. L’horreur.

12h30 – Je pense à mon portefeuille.Dans un paquet de ces cartes de fidélité que l’on accumule il en est une qui m’emmène 25 ans en arrière.C’est ma carte d’accès au palais Brogniart lorsqu’il était le temple de la finance. A l’époque je travaillais pour un agent de change et bien-sur je « schpillais » comme tout le monde car uniquement téléguidé par l’idée de « plus-values ».

Mea-culpa.

Entre temps, juste une prise de conscience qui m’a conduit aujourd’hui à EELV.

 

Guyfred

Flash Mob organisée à l’appel des Amis de la Terre

devant la Bourse de Paris, le mercredi 20 juin 2012