Paris inaugure ses premiers logements sociaux à énergie positive

HLM à énergie positive 7 rue guenot

La Ville de Paris a inauguré lundi sa première HLM à énergie positive, les panneaux solaires sur le toit devant produire globalement davantage d’énergie que celle nécessaire à chauffer et alimenter en eau chaude les 17 logements. Selon la base de données de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), la France compte actuellement quelque 190 projets de bâtiments dits à énergie positive (ou « Bepos »), dont 90 environ étaient livrés en octobre 2012. La majorité des projets concerne les maisons individuelles, le reste se répartissant entre des bureaux, des logements collectifs et des établissements scolaires, selon cette base.

L’immeuble de 6 niveaux inauguré dans le XIe arrondissement de Paris constitue « la première opération de logement social à énergie positive » de la capitale, a indiqué la Mairie de Paris.

Grâce à 127 m2 de panneaux photovoltaïques sur le toit, ce bâtiment devrait produire légèrement plus d’énergie (33,1 kWh/m2/an) que celle nécessaire au fonctionnement d’un immeuble dont la consommation devrait être faible (32,6 kWh/m2/an) grâce à son isolation soignée et sa structure voulue « compacte et de forme simple », selon son architecte Helène Bergeron.

Grâce à l’isolation, « en usage normal, on consomme trois fois moins d’énergie en termes de chauffage », estime l’architecte.

Des capteurs solaires thermiques sur le toit doivent par ailleurs assurer 45% de la production d’eau chaude et un système a été installé pour récupérer la chaleur des eaux usées des douches.

« Considérant la hausse des prix de l’énergie annoncée dans les années à venir, la meilleure façon de lutter contre la précarité énergétique est de baisser les charges », explique à l’AFP Stéfan Louillat, animateur du pôle transition énergétique de l’Ademe Ile-de-France, associé pour ce projet à la Régie immobilière de la Ville de Paris.

« Le but est de montrer la faisabilité et la reproductibilité de ce type de projets », ajoute-t-il.

Ce bâtiment innovant, avec une facture de 3,1 millions d’euros, n’a de plus pas coûté plus cher qu’une HLM classique, selon la mairie de Paris.

 

AFP – PARIS, 25 fév 2013

 

Lire aussi sur le blog de René Dutrey : Le « 7 rue Guénot », premiers logements sociaux parisiens à énergie positive.

Remonter